Pourquoi la grève des cheminots est une grève pour l’intérêt général ?

Train en gare d'Ussel

Un train Intercités assurant la liaison Clermont-Ferrand-Bordeaux en 2009. Depuis 2014, faute d’entretien de la voie, plus aucun train ne parcourt cet axe transversal majeur.

Les cheminots se sont engagés dans un mouvement de grand ampleur. Leur grève est d’intérêt général parcequ’ils se battent pour le service public du rail, qui est notre bien commun.

On nous dit que la SNCF coûte trop cher, 200 euros par Français paraît-il. Mais se pose-t-on la question du coût pour chaque Français de l’entretien et du développement du réseau routier en France ? Il est pourtant bien supérieur au « coût » de la SNCF ! Le seuls coût des travaux réalisés par le secteur privé sur le réseau routier en France étaient évalués à plus de 14 milliards d’euros en 2009, sans compter les importants coûts d’entretien, nettoyage, rénovation, déneigement etc. qui sont souvent assurés directement par l’État et les collectivités, or ces coûts sont eux aussi importants. Mais nous avons raison de ne pas raisonner en terme de coûts, pour le réseau routier comme pour le réseau ferré, car ces réseaux sont également indispensables à la vie du pays, pour le transport des personnes et des marchandises ainsi que pour l’aménagement du territoire. Imagine-t-on un instant de fermer les routes non rentables parce qu’on estime que leur entretien coût trop cher ? Non. Tant qu’il y a des gens au bout de la route, elle est entretenue par l’État et les collectivités, qui y font faire les travaux nécessaires, sans facturer aux voyageurs ou aux transporteurs un quelconque droit de passage, sans rechercher un impossible équilibre financier pour cette activité de service public, et sans vouloir fermer les routes qui ne voient passer qu’un faible nombre de véhicules. Le réseau ferré, comme le réseau routier fait partie de notre patrimoine commun indispensable. Il doit être maintenu et développé, ce qui ne représente pas un coût mais un investissement d’avenir.

Le coût du réseau ferré pourrait toutefois être mieux contrôlé, mais il faudrait pour cela regarder non pas vers les cheminots ou vers les habitants de territoires ruraux: l’État pourrait cesser d’endetter la SNCF en imposant la réalisations de LGV à l’utilité parfois contestable et qui coûtent entre 10 et 20 millions d’euros par kilomètre pendant que l’on laisse dépérir des lignes dites secondaires essentielles à l’équilibre du territoire, mais aussi certaines des lignes les plus empruntées du pays, y compris certaines lignes de RER qui sont aujourd’hui dans un état critique. Il pourrait également être mieux contrôlé si au lieu de fermer des lignes et des gares la SNCF et l’État maintenaient la possibilité de se rendre d’un point A à un point B par le train avec un prix, un temps de parcours et des fréquences raisonnables qui feraient que le train reste ou redevienne un moyen de transport desservant efficacement l’ensemble du territoire au lieu de se concentrer sur quelques liaisons TGV en donnant la priorité à la clientèle d’affaires.

Les cheminots ont le sens du service public chevillé au corps. Ils se battent aujourd’hui pour avoir les moyens de travailler correctement et de fournir un service public de haut niveau pour les trajets en TGV entre les grandes métropoles mais aussi dans les banlieues et dans les campagnes. Pour cela, ils ont besoin d’un État et d’une SNCF qui jouent leur rôle de stratège et d’aménageur du territoire au lieu de poursuivre
des chimères comme la mise en concurrence de différents opérateurs, qui n’a aucun sens s’agissant d’une activité de réseau comme l’est par nature le transport ferroviaire. Vouloir briser la SNCF aujourd’hui en arguant du poblème de la dette et du déficit est d’autant plus absurde que la SNCF a été créée en 1938 justement suite à la constatation que les compagnies privées qui opéraient les différents réseaux ferroviaires en France croulaient sous la dette et ne parvenaient pas à avoir une activité rémunératrice.

Ces constatations étant faites, on voit que la (contre-)réforme Macron ne ferait, si elle était appliquée, qu’aggraver les problèmes structurels du réseau ferroviaire en s’attaquant à de faux problèmes. Le statut des cheminots n’est pas générateur de déficit puisque les cheminots travaillent tout autant que les autres travailleurs, et souvent en horaires décalés (soirs, week-ends) et en passant des nuits loin des leurs en fonction des contraintes du service. Ils ne sont pas mieux payés que les autres travailleurs, malgré un haut niveau de formation. Leur régime de retraite n’est pas aujourd’hui plus favorable que le régime général. Alors pourquoi les montrer du doigt si ce n’est pour masquer les vrais problèmes qui se posent au transport ferroviaire: priorité au tout TGV au détriment de la desserte de l’ensemble du territoire, refus de l’État et de la SNCF de remettre à niveau les lignes dites secondaires, préférant les fermer que les réhabiliter, priorité au tout routier, y compris le transport par autocar de longue distance qui est aujourd’hui mis en avant au détriment du train (et ce y compris par des filiales de la SNCF) malgré son incompatibilité flagrante avec les objectifs affichés en termes de lutte contre le réchauffement climatique.

La France insoumise propose au contraire un plan d’avenir pour des transports écologiques et accessibles, décrit dans le livret Transports de notre programme: https://avenirencommun.fr/le-livret-transports/

Ce plan passe par une politique ambitieuse, en particulier pour le ferroviaire, qui passe par la restauration d’un service public fort et efficace de transport ferroviaire, en résonance avec les revendications du mouvement des cheminots.

Vive le service public du rail, soutien aux cheminots qui se battent pour l’intérêt général !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s