Jours de lessive

Il y a longtemps, très longtemps de cela, du temps où les machines n’existaient pas encore, les poissonnes allaient au lavoir public du bassin pour y laver le linge sale de la famille. Là, comme les poissons n’y allaient pas, elles avaient une grande liberté de parole et de pensée… Elles étaient entre elles …Toutes les jeunes ou vieilles poissonnes pouvaient parler de ce qu’elles vivaient dans leur bocal, leur aquarium, leur bassin. Là, elles s’autorisaient à penser et à exprimer leur opinion, leur avis sur les affaires du monde. Elles déballaient leur vie sans avoir peur d’exprimer leurs émotions, sans tabou ni honte, ni peur du jugement des autres.

Penser, dire haut et fort ce que l’on ressent tout en frottant vigoureusement les souillures de sa famille, se raconter des histoires , des histoires de petites ou grandes poissonnes …Sa vie, ses amours , ses joies , ses peines , ses envies , ses déceptions… son linge tâché…

Au lavoir du bassin, tout en savonnant, frottant, rinçant, essorant, chacune y allait de son récit et quand le linge était propre, qu’elles avaient vidé leur sac, elles rentraient au bocal pour le faire sécher.

Sur le chemin du retour certaines d’entre elles papotaient, discutaient avec tous ceux qui voulaient bien les entendre, avec tous ceux qui les interrogeaient , les commères , les curieux , les cancaniers , elles révélaient parfois des secrets de famille…c’est ainsi que tout le bassin était au courant de ce qui se passait au fond des aquariums. C’est ainsi que parfois les poissons étaient en colère parce qu’ils n’étaient pas aussi beaux qu’ils voulaient le faire croire, leur face cachée révélée au grand jour … c’est ainsi que parfois les rumeurs couraient dans le bassin.

Mais pourquoi ne pouvaient-elles s’exprimer qu’au lavoir et pas dans l’aquarium ? Peut-être bien que là, on les laissait parler librement, on les écoutait, on les comprenait, on les entendait, on acceptait leur avis, leur différence …Peut-être bien que dans l’aquarium ou le bocal on ne parlait pas, on n’écoutait pas, on n’échangeait pas.

De nos jours, il y a des machines pour laver le linge, les poissons font aussi la lessive et les médias ont remplacé les lavoirs publics. De nos jours, que l’on soit poisson ou poissonne, certains, certaines vont laver le linge sale de la famille devant le grand bassin tout entier …

Je ne sais pas vous amis petits poissons rouges, mais moi, toute cette grande lessive publique en ce moment … comment vous dire … ça m’interroge, ça me questionne. Je cogite à fond de toutes mes forces de petit poisson rouge, j’essaye de ne pas écouter tout ce qui se dit, de ne pas lire tout ce qui s’écrit …mais avouez que c’est difficile d’ y échapper.

Une question tourne en boucle dans ma petite tête de petit poisson rouge, je vous la livre ici : À qui profite ce grand nettoyage, cette grande lessive, ce grand déballage ?Il paraît que se poser la question c’est déjà y répondre…

Notez bien, je ne suis pas contre les discussions, les débats, les échanges d’idées, même les bonnes grosses disputes s’il le faut. Cependant il me revient en mémoire, ces derniers temps, ce que j’ai toujours entendu dire dans mon bocal , d’aussi loin que je me souvienne , qu’on ne devrait laver son linge sale qu’en famille… Certains, certaines, n’ont pas cette sagesse populaire… manifestement.

wp_20150501_001

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s