Élections municipales : Communiqué de Villejuif Insoumise

Alors que plane un doute légitime sur le maintien du second tour des élections municipales initialement prévu le 21 juin prochain, les tractations politiciennes ont déjà commencé.

Nous pensons que c’est bien prématuré, alors que ni la forme (second tour seulement, ou reprise des deux tours), ni le calendrier ne sont encore connus.  Mais, puisque c’est à l’ordre du jour, la France Insoumise Villejuif se doit de donner sa position.  

Le « monde d’après » est surtout lourd de menaces. La pandémie a révélé la face cachée du système : avec le confinement, beaucoup de Villejuifois.es qui vivaient au jour le jour ont commencé à basculer dans la misère. Et le drame, hélas, ne fait que commencer. La crise du modèle néo-libéral mondial va créer une situation de dépression économique et de sous-emploi de long terme. Cette déflagration à la fois sanitaire, économique et sociale n’épargnera pas notre ville.

Pendant la période de confinement, la solidarité citoyenne, à travers le mouvement associatif, a montré de magnifiques exemples de solidarité concrète, en endossant sur le terrain des responsabilités bien au-delà de leurs activités usuelles. A l’inverse, la mairie de Villejuif a, comme souvent, privilégié la communication à l’action : CCAS inexistant, aucun dialogue avec les associations, obstruction à la mise en place d’une commission de solidarité municipale pourtant votée à l’unanimité, réouverture des écoles à marche forcée…

Or, sur la durée, c’est aux pouvoirs publics d’assurer l’égalité des citoyen.nes, par des mécanismes de solidarité et de redistribution.

Le maire persiste et signe dans une gestion caricaturalement anti-démocratique, avec exercice clanique du pouvoir, au service de ses seuls intérêts électoraux.

Dans les prochains mois, les prochaines années, les Villejuifois.es vont avoir absolument besoin que leur municipalité constitue un point d’appui contre les politiques d’austérité gouvernementales qui s’annoncent.

La France Insoumise Villejuif considère que la situation exige la réalisation d’une unité populaire autour d’un programme authentiquement de gauche pour ces futures élections municipales.

Ce que déclarait Elisabeth Arend au soir du premier tour reste donc plus que jamais à l’ordre du jour : Villejuif doit redevenir une ville populaire, généreuse et solidaire.

Villejuif doit dans les années qui viennent relever les défis des urgences : démocratique, écologique, sociale.

En groupant nos forces nous y arriverons, il le faut !

Lettre ouverte à Monsieur Le Bohellec, Maire de Villejuif,

Le 20 Avril, le conseil municipal a acté à l’unanimité la création d’une commission solidarité. Son rôle était de rassembler l’ensemble des forces du conseil municipal pour définir ensemble l’action de la municipalité pour faire face à la crise sociale créée par la crise sanitaire. C’était il y a quinze jours. Depuis, à part des échanges de mails politiciens entre vous et les élus de l’opposition devenue majoritaire, rien ne se passe.

Certes, à l’initiative des élus de l’opposition, une réunion « solidarité covid19 » est bien prévue ce mercredi 13 mai. Mais elle ne saurait se substituer à une véritable commission décisionnaire pourtant actée en conseil municipal dont l’exécution,  jusqu’à preuve du contraire, relève de votre seule compétence en tant que premier magistrat de la ville.

Je suis étonnée que vous n’ayez pas à cœur de travailler main dans la main avec des gens qui malgré votre mise en minorité ont préféré vous laisser vos mandats afin de ne pas déstabiliser l’organisation de la ville et ceci dans le but que le nécessaire soit fait pour aider nos concitoyens à surmonter l’épreuve que traverse le monde avec cette pandémie. Alors aujourd’hui je vous adresse cette lettre ouverte afin que vous preniez conscience de plusieurs questions urgentes. –

Le nombre de masques (60.000) est insuffisant, et son mode de distribution bureaucratique et inefficace. Ne faut-il pas au moins 2 masques lavables par personne pour faire face à une utilisation quotidienne ? Et la distribution devrait être inconditionnelle et simple, comme le font de nombreuses communes du Val de Marne.

Comment envisagez-vous la reprise d’activité et la nécessaire montée en puissance du CCAS ? La page solidarité du site de la mairie indique la possibilité de nombreuses prestations sociales exceptionnelles. Encore faudrait-il que les Villejuifois y aient accès.

Vous indiquez que les Villejuifois peuvent contacter le CCAS en cas de problèmes, mais avez-vous essayé d’avoir un interlocuteur au téléphone dans cette instance ? Nos concitoyens nous signalent que c’est quasiment impossible.

Les effectifs du CCAS avant la crise étaient très réduits. Quelles mesures avez-vous prises pour que le CCAS ait suffisamment de personnel, et de lignes téléphoniques, pour répondre à l’urgence de la situation ?

Le CCAS doit ré-ouvrir et pouvoir recevoir les demandeurs dans des conditions de sécurité sanitaire. Avez-vous pris des mesures en ce sens ?

Une autre question importante : de nombreux vacataires, qui n’ont jamais été titularisés, se retrouvent sans emploi et sans statut particulier, je parle de ceux qui aident dans les écoles, font le ménage, animent les centres aérés,…savez-vous combien de personnes sont ainsi sans emploi depuis le début du confinement et pouvez-vous dire ce que vous avez prévu pour compenser les pertes de salaires de ces personnels nombreux et indispensables à l’activité de nos écoles et autres structures villejuifoises ?

L’aide alimentaire est un besoin vital. Les associations de solidarité ont fait et font encore un travail extraordinaire, mais il ne peut se substituer à l’action des pouvoirs publics.  Il est urgent que l’aide alimentaire soit étendue à tous les publics qui en ont le besoin, et cela très rapidement.

Ces questions d’importance dont la liste n’est pas exhaustive doivent être traitées rapidement et sur le long terme parce que vous n’êtes pas sans savoir que le déconfinement ne va pas régler miraculeusement les problèmes et que la situation va durer encore longtemps.

Ceci appelle une dernière question, qui est essentielle. Quelles ressources budgétaires seront dévolues à la solidarité et au traitement de la crise sanitaire et sociale ? De leur montant dépend la réalité de l’action municipale, au-delà des promesses génériques.

Pour prendre à bras le corps tout cela, ne pensez-vous pas que la période appelle toutes les bonnes volontés, indépendamment des prérogatives que donnent le fait d’être maire d’une ville ? Et donc pourquoi ne mettez-vous pas en place immédiatement cette commission solidarité, qui permettra de travailler en toute transparence pour faire face du mieux possible à la crise que nous traversons ?

Dans les mois qui viennent il faudra rendre des comptes à nos concitoyens sur ce qui a été fait contre le covid19 et ses conséquences sociales dramatiques. Villejuif doit se donner les moyens d’aider les humains qui composent notre ville.

Salutations Insoumises

Monique TIJERAS Conseillère Municipale de Villejuif de La France Insoumise.

Urgence à Villejuif : la mairie doit prendre la mesure de l’épreuve que nous traversons !

Notre quotidien est profondément affecté par le confinement et ses répercussions, et notamment celui de celles et ceux qui manquent le plus de ressources : les travailleurs précaires, les personnes soudain tombées au chômage partiel ou encore tout simplement au chômage, les personnes à la retraite, les parents isolés…

L’absence de réaction rapide et d’ampleur est criante : la commission Solidarité supposée coordonner cette réaction n’a toujours pas eu lieu alors que nous sommes à quelques jours de la date du début du déconfinement progressif !

Actuellement, Villejuif a besoin d’une démarche volontariste en direction des plus fragiles d’entre nous !

La question des masques est un exemple parmi tant d’autres que la mairie de Villejuif n’est pas dans cette optique. Pour les obtenir, il faut s’inscrire sur la plateforme municipale en ligne (ouverte depuis plusieurs jours), information qui n’était mentionnée ni sur le site de la mairie, ni sur les réseaux sociaux de la mairie jusqu’à ce matin ! A l’inverse, à Chevilly, les agents et l’équipe municipale se mobilisent depuis la fin de semaine dernière pour distribuer les masques directement à la population sans exiger de livret de famille, en toute transparence. A l’heure qu’il est à Villejuif, ceux qui ont eu la chance d’avoir l’information et de s’inscrire attendent toujours de savoir quand est ce qu’ils vont obtenir ces masques…

Un autre exemple de décalage entre les besoins réels et ce qui est proposé par la mairie concerne l’aide sociale. Une liste exhaustive nous est présentée sur le site de la mairie, mais nombreux sont les Villejuifois qui se plaignent de ne pas parvenir à joindre le CCAS au téléphone, et donc à ne pas trouver les aides dont ils auraient besoin. Il est clair qu’avec le manque d’effectif dont souffre ce pilier de l’action municipale, il ne saurait remplir sa mission à la hauteur des véritables besoins de Villejuifois. Par ailleurs, les associations qui viennent en aide aux plus démunis n’ont toujours pas obtenues leurs subventions pour l’année 2020 : comment peuvent-elles encaisser le choc de l’arrivée de toutes ces familles qui ont faim ?

Ainsi, qu’attend-t-on pour lancer la Commission Solidarité ? Alors que nous atteignons bientôt les 50 jours de confinement, les demandes émanent de tous côtés, et sachez que cette crise sociale ne fait que commencer. Les informations diffusées sont parcellaires, et les chiffres que vous distillez de ci de là de façon peu transparente trahissent votre inconscience de l’ampleur des difficultés que rencontrent déjà les Villejuifois, ainsi que celles qu’ils vont rencontrer à l’avenir !

Nous reposons notre question : quand la mairie se saisira-t-elle de ces enjeux ? Quand aura enfin lieu la première réunion de la Commission Solidarité ?

Villejuif a très largement dépassé le stade de l’urgence !