Le Maire et le local

le_maire_et_le_local

Jusqu’en janvier 2016, au 9 rue Paul Bert,
Le service jeunesse aujourd’hui amer
Occupait sans loyer des locaux
Fort utiles car municipaux

Ô jeunesse turbulente que le Maire a déplacé
En de payantes pénates place du marché
Laissant vacant un pauvre local
Pour y installer la Police Municipale

Maçons et peintres se dépêchèrent
Cortèges d’artisans rue Paul Bert
Le Maire n’était pas peu fier
De ce nouvel écrin pour commissaire.

Quelques semaines plus tard,
Les riverains enfin consultés
Se sont mis en pétard
« Pas de Police à notre rez de chaussée ! »

Gestion approximative et frais alourdis :
Le Maire prit une décision hardie
« Une semaine du centre de loisirs en Aout
Sera supprimée  – Un point c’est tout ! »

Moralité :
Si la critique des anciens élus est parfois chose aisée
La preuve de l’exemplarité reste encore à démontrer

Réunion publique du collectif « Nous ne céderons pas »

Le collectif « Nous ne céderons pas » du Val-de-Bièvre vous invite à une réunion publique demain 11 Mai, 19h30, salle Simone de Beauvoir à Chevilly-Larue, sur l’état d’urgence, la déchéance de nationalité et la réforme pénale : Quelles menaces pour nos libertés et la cohésion sociale ? Avec Jérôme Karsenti, du Syndicat des avocats de France, et Joëlle Bordet, psychosociologue. Une belle occasion pour s’informer et se mobiliser sur le sujet !

Invitation_11mars.png

Jean-Yves le Bouillonnec, contre la transparence fiscale des multinationales.

jean-yves-le-bouillonnec-avec-francois-hollande

J.-Y. Le Bouillonnec, en compagnie de François Hollande. Photo: site cachan.info

Sur le blog de Mr. Jean-Yves Le Bouillonnec, député PS de la circonscription de Villejuif, Arcueil, Cachan et Gentilly-Ouest, on trouve une déclaration ronflante et martiale intitulée « Fraudes fiscales ». Parmi tout le flot de bonnes intentions et d’autosatisfaction que nous présente le député après le scandale dit des « Panama papers », on trouve même la phrase suivante : « Les stratégies de contournement des grands groupes ont été attaquées ». L’histoire est pourtant tout autre…

Fin 2015, plusieurs députés avaient déposé un amendement au projet de loi de finances rectificatif de l’année en cours.

Cet amendement prévoyait que les entreprises multinationales rendent publiques chaque année leur chiffre d’affaires, leurs bénéfices, le nombre de leurs filiales et de leurs employés ainsi que le montant des impôts payés et ce, dans chacun des pays étrangers dans lesquels elles sont implantées.

Ainsi, sans vraiment s’attaquer à la racine de l’évasion fiscale il aurait pu permettre de détecter un peu plus facilement et surtout de sanctionner la délocalisation des profits des entreprises dans des paradis fiscaux. C’est à dire, précisément, de s’attaquer aux stratégies de contournement des grands groupes.

Cet amendement a dans un premier temps été adopté le 4 décembre, puis confirmé en deuxième lecture le 15 décembre vers 1h du matin.

C’était sans compter sur un gouvernement qui a depuis longtemps capitulé sous l’influence des puissances de l’argent. En effet, après une suspension de séance demandée en catastrophe par le secrétaire d’état au budget, Christian Eckert, l’amendement est remis une troisième fois au vote et finalement rejeté par 25 voix contre 21

Parmi les parlementaires présents cette nuit-là, Jean Yves Le Bouillonnec député de la 11ème circonscription du Val de Marne (Arcueil – Cachan – Gentilly Ouest – Villejuif).
Comme 19 autres membres du groupe socialiste épaulés par 5 du groupe les républicains et UDI , il a rejeté ce texte qui aurait enfin permis un peu de transparence. Il y a parfois loin entre les votes faits à l’Assemblée et les beaux discours que l’on fait de retour dans les circonscriptions, quand l’heure de la réelection approche…

En savoir plus :

Comment 97% des députés ont fait capoter la loi pour lutter contre l’évasion fiscale, par Denis Dupré, enseignant-chercheur à l’Université de Grenoble

Pourquoi la loi de finance 2016 tranquillise les entreprises qui pratiquent l’évasion fiscale?, du même auteur

Fiscalité : Bercy écarte le projet d’une plus grande transparence pour les grandes entreprises, par Simon Auffret, lemonde.fr

La réforme du Code du travail ne fera pas loi

retraitloitravail

Visuel : CGT

Texte initialement publié dans L’Humanité du 3 Mars 2016

Par Fabrice Angei, membre du bureau confédéral de la CGT, Clémentine Autain, porte-parole d’Ensemble !, Olivier Besancenot, porte-parole du NPA, Éric Beynel, porte-parole de Solidaires, Noël Daucé, secrétariat national de la FSU, Gérard Filoche, membre du BN du PS, Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, William Martinet, président de l’Unef, Willy Pelletier, coordinateur général de la Fondation Copernic, Danielle Simonnet, coordinatrice nationale du PG.

Le projet El Khomri doit être retiré. Non pas reporté, retiré. Son article premier suffit à le disqualifier, lui qui subordonne les droits et libertés des salariés au « bon fonctionnement de l’entreprise ». Il scelle la remise en cause historique, théorique, juridique d’un siècle entier de Code du travail. Lire la suite

Collectif « Nous ne céderons pas » du Val-de-Bièvre

Le comité Val-de-Marne Ouest du Parti de Gauche participe au collectif « Nous ne céderons pas » du Val-de-Bièvre, contre la constitutionnalisation de l’état d’urgence, la déchéance de nationalité et la réforme de la procédure pénale. Après le succès de la la réunion publique du 16 février à Villejuif, nous appelons chacun à diffuser le tract ci-dessous autour de lui et à participer à la réunion du 18 mars à Créteil. tract_nous_ne_cederons_pas_VDB