Le Maire et le local

le_maire_et_le_local

Jusqu’en janvier 2016, au 9 rue Paul Bert,
Le service jeunesse aujourd’hui amer
Occupait sans loyer des locaux
Fort utiles car municipaux

Ô jeunesse turbulente que le Maire a déplacé
En de payantes pénates place du marché
Laissant vacant un pauvre local
Pour y installer la Police Municipale

Maçons et peintres se dépêchèrent
Cortèges d’artisans rue Paul Bert
Le Maire n’était pas peu fier
De ce nouvel écrin pour commissaire.

Quelques semaines plus tard,
Les riverains enfin consultés
Se sont mis en pétard
« Pas de Police à notre rez de chaussée ! »

Gestion approximative et frais alourdis :
Le Maire prit une décision hardie
« Une semaine du centre de loisirs en Aout
Sera supprimée  – Un point c’est tout ! »

Moralité :
Si la critique des anciens élus est parfois chose aisée
La preuve de l’exemplarité reste encore à démontrer

Publicités

Si c’est la « chienlit », c’est celle de l’oligarchie…

Danielle Simonnet (photothèque PG, CC-BY)

Danielle Simonnet (photothèque PG, CC-BY)

Edito de Danielle Simonnet, co-coordinatrice du Parti de Gauche

Cette semaine, les images de la chemise déchirée du DRH d’Air France auront fait le tour du monde, provoquant l’effroi des oligarques. Le déchainement médiatique et politique fut à son comble, certains n’hésitant pas à parler d’un « lynchage », Valls traitant les salariés de « voyous », Sarkozy de « chienlit ». Pourtant, le fond de l’affaire révèle d’abord et avant tout une violence sociale inouïe où la direction tente d’imposer un nouveau plan de licenciement de 2 900 personnes. Plus de 10 000 emplois déjà supprimés depuis 2012, plus de 13 000 avec le nouveau plan d’après les chiffres officiels, et 15 000 avec les chiffres syndicaux. Autant de vies brisées, voilà la pire violence sociale subie à laquelle il faudrait se soumettre en silence !

Lire la suite