Pourquoi nous serons dans la rue le 22 mars ?

Photographie du cortège des cheminots le 22 Mars 2018

Le cortège des cheminots le 22 Mars 2018

Ce 22 mars 2018 est une journée de mobilisation des salariés de la SNCF et de la Fonction publique. Leur lutte est la lutte de tous. Avoir des trains qui fonctionnent et à des prix raisonnables sur des voies qui desservent correctement tout le pays n’est pas l’affaire des cheminots mais l’affaire de tous. Exiger que l’on cesse d’asphyxier le service public par assèchement des postes et des moyens afin de pouvoir rendre à chacun le service public auquel il a droit n’est pas l’affaire des seuls fonctionnaires mais l’affaire de tous.

Rendez-vous dans la rue ce jeudi pour ceux qui peuvent faire grève, et rendez-vous dans toutes les luttes ! La récente victoire des salariés des EHPAD de Cachan, Gentilly et L’Haÿ, avec entre autres le soutien des insoumis de ces villes le montre de façon spectculaire.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site national de la France Insoumise: «Le 22 mars, défendons l’intérêt général !»

Réunion publique du collectif « Nous ne céderons pas »

Le collectif « Nous ne céderons pas » du Val-de-Bièvre vous invite à une réunion publique demain 11 Mai, 19h30, salle Simone de Beauvoir à Chevilly-Larue, sur l’état d’urgence, la déchéance de nationalité et la réforme pénale : Quelles menaces pour nos libertés et la cohésion sociale ? Avec Jérôme Karsenti, du Syndicat des avocats de France, et Joëlle Bordet, psychosociologue. Une belle occasion pour s’informer et se mobiliser sur le sujet !

Invitation_11mars.png

Collectif « Nous ne céderons pas » du Val-de-Bièvre

Le comité Val-de-Marne Ouest du Parti de Gauche participe au collectif « Nous ne céderons pas » du Val-de-Bièvre, contre la constitutionnalisation de l’état d’urgence, la déchéance de nationalité et la réforme de la procédure pénale. Après le succès de la la réunion publique du 16 février à Villejuif, nous appelons chacun à diffuser le tract ci-dessous autour de lui et à participer à la réunion du 18 mars à Créteil. tract_nous_ne_cederons_pas_VDB

Le Parti de Gauche Nord-Pas-de-Calais Picardie soutient les « 8 de Goodyear »

goodyear1Le verdict est tombé : 8 ex-salariés de l’entreprise Goodyear installée à Amiens-Nord ont été condamnés à 24 mois de prison dont 9 mois fermes. Leur crime ? Avoir retenu un patron coupable d’avoir détruit une entreprise viable.

C’est une nouvelle gifle donnée à tous les travailleurs luttant pour la survie de leurs emplois. Cette condamnation est politique : c’est le pouvoir politique par la voix du procureur de la République qui a réclamé cette peine.

Cette décision de justice risque de créer un précédent terrible : qui osera désormais en France contester l’ordre établi par la société capitaliste si au final ceux qui combattent en première ligne sont aussi lourdement condamnés ?

Voilà le visage d’une justice à deux vitesses, d’une justice de classe. L’Histoire retiendra que sous Hollande on a beaucoup pardonné aux grandes multinationales, on les a même aidé, quand dans le même temps on criminalisait les travailleurs et les syndicalistes.

Le Parti de Gauche Nord-Pas-de-Calais Picardie exprime toute sa colère face à cette décision et apporte son total soutien aux « 8 de Goodyear » et à tous leurs camarades.

Le Parti de Gauche Nord-Pas-de-Calais Picardie, Marie-Laure Darrigade et Laurent Matejko , ex-chefs de file du PG aux élections régionales appellent les citoyens à manifester massivement leur solidarité avec les salariés condamnés par la justice.
Plus que jamais, ne lâchons rien ! – See more at: https://www.lepartidegauche.fr/viedegauche/le-parti-gauche-nord-pas-calais-picardie-soutient-les-8-goodyear-34033#sthash.VwcWxgyQ.dpuf

L’APPEL DES GOODYEAR :

Pétition à signer sur change.org

Pour la première fois depuis un demi siècle un gouvernement a demandé que soit requis des peines de prison ferme contre des syndicalistes pour avoir participer avec les salariés à des actions en vue d’empêcher la fermeture de leur usine.

En même temps qu’ils préparent la suppression dans quelques mois de plus 1000 articles du Code du travail, Hollande, Valls et Macron ont décidé de déclencher une répression sans précédent des syndicalistes qui luttent dans les entreprises.

Avec les 8 condamnés de GOODYEAR l’exécutif veut faire un exemple.

Le gouvernement affiche sa volonté de mettre les Procureurs et les forces de polices aux services des grands groupes pour briser toute résistance à la destruction des emplois et de l’industrie.

Evidemment les militants de terrain en général et ceux de la CGT en particulier sont les plus touchés.

C’est pourquoi nous en appelons à l’ensemble des salariés, aux militants, aux syndicats d’entreprises, unions locales, départementales, régionales, fédérations ou simples salariés solidaires, pour qu’ensemble nous fassions la démonstration de notre force.

Nous pouvons être des millions à faire reculer Hollande, Valls et Macron en commençant par leur imposer l’arrêt des poursuites contre les 8 de GOODYEAR et en organisant le plus grand rassemblement solidaire en prévision de l’appel.

Je signe l’appel Nous Sommes Tous Des Goodyear

Les raisons de la colère des agents territoriaux de Villejuif

manifmairie

Crédit photo : CGT-Villejuif

 

Nous reproduisons ici une lettre ouverte du syndicat CGT des agents territoriaux de Villejuif à la population. Le PG de Villejuif se déclare solidaire de ces agents en lutte pour la défense du service public, de leurs droits et de leurs conditions de travail, et appelle tous les villejuifois à marquer leur solidarité avec ces agents du service publics en se rendant au rassemblement prévu jeudi 10 décembre 2015, devant la médiathèque Elsa-Triolet.

Les raisons de la colère des agents territoriaux de Villejuif
le 7 décembre 2015
Mesdames et Messieurs les administrés et usagers des services publics de Villejuif,

 
Le personnel territorial de la mairie et du CCAS de Villejuif souhaite vous informer de la dégradation des conditions de travail, de la baisse de qualité du service public rendu à la population et du recul des droits des fonctionnaires en matière de déroulé de carrière et d’accès aux loisirs, sport et culture.

Lire la suite

Si c’est la « chienlit », c’est celle de l’oligarchie…

Danielle Simonnet (photothèque PG, CC-BY)

Danielle Simonnet (photothèque PG, CC-BY)

Edito de Danielle Simonnet, co-coordinatrice du Parti de Gauche

Cette semaine, les images de la chemise déchirée du DRH d’Air France auront fait le tour du monde, provoquant l’effroi des oligarques. Le déchainement médiatique et politique fut à son comble, certains n’hésitant pas à parler d’un « lynchage », Valls traitant les salariés de « voyous », Sarkozy de « chienlit ». Pourtant, le fond de l’affaire révèle d’abord et avant tout une violence sociale inouïe où la direction tente d’imposer un nouveau plan de licenciement de 2 900 personnes. Plus de 10 000 emplois déjà supprimés depuis 2012, plus de 13 000 avec le nouveau plan d’après les chiffres officiels, et 15 000 avec les chiffres syndicaux. Autant de vies brisées, voilà la pire violence sociale subie à laquelle il faudrait se soumettre en silence !

Lire la suite

Soutien au rassemblement en défense de l’école publique le 12 juin à Villejuif

panneau_ecoleA Villejuif, des enseignants et des parents d’élèves (voir par exemple ici) appellent les Villejuifois à se rassembler en défense de l’école publique, ce vendredi 12 juin 2015 à 18h devant la Mairie, pour aller manifester devant l’inspection de l’Education Nationale de Villejuif, place de la Fontaine. Nous vous alertions sur ce sujet début Mai : six classes sont menacées de fermeture à la rentrée prochaine, dans les écoles maternelles Karl-Marx, Joliot-Curie, Paul-Langevin, Jean-Vilar, et des Hautes-Bruyères, ainsi qu’une en élémentaire (Paul-Langevin). Nous considérons que ces fermetures sont un nouveau coup porté à l’école publique, de nature à aggraver les inégalités. Le Parti de Gauche de Villejuif appelle tous les villejuifois à se rendre à ce rassemblement vendredi, à 18 heures, devant la Mairie pour exiger l’annulation de ces fermetures de classe, l’ouverture des classes nécessaires dans les écoles qui en ont fait la demande, ainsi qu’une dérogation pour que les écoles qui sortent cette année de l’éducation prioritaire puissent intégrer la nouvelle classification REP.