Le grand Monopoly de l’ « Union Citoyenne » à Villejuif

Bourse_du_travail_VillejuifLes élus présents en Commission 1 le 28 janvier dernier ont eu la surprise de découvrir que la ville de Villejuif se lance dans une vaste opération de vente de son patrimoine sur les deux prochaines années. Symbole de la confusion avec laquelle se gèrent ces opérations, la liste des biens à vendre inclut le 15 rue Jean Jaurès, soit la Bourse du Travail, et le 55 avenue de Verdun, bâtiment hébergeant la Croix-Rouge.
Flou artistique sur la Bourse du Travail

Une partie de la majorité, la tendance Lipietz, nous assure aujourd’hui que ces adresses se sont trouvées là par erreur. Si erreur il y a, cela montre un grand amateurisme dans la façon dont les affaires de Villejuif sont gérées, Lire la suite

Déclaration du Parti de Gauche de Villejuif sur le Parvis Georges Marchais

Parvis Georges Marchais (plaque commémorative)

Parvis Georges Marchais. Photo : PCF Villejuif.

Villejuif, le 21 décembre 2014

Lors du Conseil Municipal du 17 décembre 2014 à Villejuif, la majorité dite « Union citoyenne », à direction UMP, a pris la décision de débaptiser le parvis Georges Marchais. Pour nous, il s’agit là d’une prise de position mesquine reposant sur un fondement purement idéologique et revanchard.

Ce geste qui s’inscrit dans la volonté acharnée d’effacement des symboles de la mémoire collective de notre ville de la « ceinture rouge » de Paris entache de façon indélébile l’action présente et à venir de la nouvelle majorité. Le Parti de Gauche condamne fermement cette décision qu’il juge inutile, et insultante pour celles et ceux qui, n’en déplaise au nouveau Maire, ont contribué au développement de notre cité. Nous n’entrerons pas dans le piège des discussions vaines et parfois stériles sur la personnalité, les prises de position et les convictions de Georges Marchais. Néanmoins, nous affirmons la légitimité de la présence symbolique dans l’espace public de celui qui fut député de la circonscription durant près d’un quart de siècle.

Ce n’est pas pour prendre de telles décisions oiseuses que les villejuifois ont élu la nouvelle majorité. Ils attendent sans doute des gestes plus constructifs et rassembleurs au moment où la crise sociale détourne chaque jour un peu plus nos concitoyens de leurs représentants.

C’est pour ces raisons que le Parti de Gauche de Villejuif se joint aux communistes de Villejuif pour appeller tous les démocrates de la ville à se rassembler le Lundi 22 Décembre – 18h15, sur le Parvis Georges Marchais, à l’angle de l’avenue Paul Vaillant-Couturier et de la rue Guy Moquet.

Djamel Arrouche et Sylvain Mailler, pour le Parti de Gauche de Villejuif

Haro sur les associations à Villejuif !

L’arrivée aux responsabilités municipales de l’Union Citoyenne, pilotée par l’UMP, s’est traduite notamment par l’apparition de contraintes fortes à l’encontre d’une partie des associations. Au motif de réaliser des économies de fonctionnement, la nouvelle mairie a développé plusieurs stratégies visant à amoindrir la portée des travaux d’associations œuvrant dans le champ politique, et classées « à gauche ».

Un contexte politique hostile aux associations

Après avoir laissé se développer sur les réseaux sociaux, durant la campagne à l’élection municipale, une propagande irrationnelle sur le coût supposé des associations « politiques » (subventions jugées pharaoniques, mise à disposition d’une logistique de grande ampleur,…) mais aussi sur leur caractère subversif (pollution de l’espace lors des initiatives citoyennes comme le village des associations, marché de Noel, Corrida, journées pour la Paix, …) la nouvelle équipe a tenté de montrer ses muscles dès la première réunion post-électorale du Collectif des Associations, organisé le 7 mai 2014, et animé par Mme Thomas, adjointe en charge de la Démocratie participative.
Ont été ainsi sommées de ne pas participer au marché des associations du 1er juin :
– Association France Palestine Solidarité « par respect pour les autres communautés » ;
– Les amis de l’huma « motif politique » ;
– MRAP « Oui mais…sous réserve que ce ne soit pas communiste » ;
– ATTAC « motif politique » ;
– AMVAB « par respect pour les autres communautés » ;
– …

Choquée, la communauté associative s’est tout de suite mobilisée dans l’unité pour faire connaitre son mécontentement. Face à cette situation, Le Maire s’est très rapidement rétracté, arguant la confusion non sans avoir, avec une élégance toute relative, démenti son adjointe Mme Thomas. Lire la suite

Union citoyenne : les promesses n’engagent que ceux qui y croient !

CM_2609À l’heure où un Mouvement pour la Sixième République émerge, conséquence de l’inaptitude de plus en plus manifeste des institutions de la Cinquième à faire participer le peuple à la gestion du pays, nous, Parti de Gauche, portons l’exigence de nouveaux droits démocratiques, au niveau national mais aussi au niveau local : référendum révocatoire, référendum d’initiative populaire, droit de pétition aussi étendu que possible. Or, contrairement à leurs promesses de campagne, ceux qui gèrent la ville ont aujourd’hui sévèrement restreint le droit de pétition à Villejuif. C’est pourquoi notre élue, Gaelle Leydier, a voté contre le projet de règlement intérieur du Conseil Municipal qui entérine ce recul.

Au cours de la campagne des municipales, les futurs élus de la majorité avaient promis un VRAI renouveau démocratique sur la ville.

Que n’avions-nous pas entendu !

  • « Impliquer réellement les villejuifois dans les décisions de la ville » liste le Bohellec – UMP
  • « Mettre en place une plateforme de démocratie participative » liste Vidal
  • « Citoyennes et citoyens, villejuifois de tous horizons, vous serez entendus, associés à nos décisions » liste Gandais – Europe Ecologie Les Verts
  • « Avec la participation des villejuifoises et des villejuifois, afin de redonner tout son sens au groupe, rédiger la déclaration des devoirs de l’homme et du citoyen de Villejuif ». Liste Harel- UDI

Et même plus récemment, dans la tribune du VNV de septembre 2014, signée par monsieur Obadia, maire adjoint liste Union citoyenne, tendance UDI : « après 89 ans de règne sans partage du Parti Communiste sur la ville, il est temps de construire une véritable démocratie participative dans laquelle les habitants de Villejuif vont pouvoir s’exprimer sur tous les sujets qui les concernent ».

Toutes ces belles promesses et ces belles paroles ont tout simplement été annulées, réduites en cendres, foulées au pied par l’adoption par ces mêmes personnes du nouveau règlement intérieur du conseil municipal le 26 septembre 2014.

Lire la suite

Contre le recul démocratique à Villejuif et ailleurs, vive la Sixième république !

m6r-logoA Villejuif et ailleurs, les libertés démocratiques sont en recul. Au niveau national : gestion autoritaire du pays sans aucun mécanisme de controle démocratique comme le référendum révocatoire, déclaration de guerre sans même consulter le Parlement. À Villejuif, quasi-suppression du droit de pétition des habitants, et suppression pure et simple pour les résidents non communautaires.

Le divorce est chaque jour plus criant entre le peuple et ses représentants. Dans ce contexte, nous pensons que la revendication d’une Sixième république est aujourd’hui, plus que jamais, urgente. La Constituante que nous appelons de nos voeux devra se pencher non seulement sur l’irruption du peuple sur la scène politique (référendums révocatoires, référendums d’initiative populaire), mais aussi dans la vie de l’entreprise, avec un encadrement des droits des actionnaires et une revalorisation du rôle des salariés dans la direction de leur entreprise. En ce sens, une cinquantaine de personnalités ont pris leur plume en faveur de la Sixième république. Voici leur déclaration. 

Lire la suite

Union citoyenne : les promesses n’engagent que ceux qui y croient !

CM_2609Article du 29 septembre 2014

À l’heure où un Mouvement pour la Sixième République émerge, conséquence de l’inaptitude de plus en plus manifeste des institutions de la Cinquième à faire participer le peuple à la gestion du pays, nous, Parti de Gauche, portons l’exigence de nouveaux droits démocratiques, au niveau national mais aussi au niveau local : référendum révocatoire, référendum d’initiative populaire, droit de pétition aussi étendu que possible. Or, contrairement à leurs promesses de campagne, ceux qui gèrent la ville ont aujourd’hui sévèrement restreint le droit de pétition à Villejuif. C’est pourquoi notre élue, Gaelle Leydier, a voté contre le projet de règlement intérieur du Conseil Municipal qui entérine ce recul.

Au cours de la campagne des municipales, les futurs élus de la majorité avaient promis un VRAI renouveau démocratique sur la ville.

Que n’avions-nous pas entendu !

  • « Impliquer réellement les villejuifois dans les décisions de la ville » liste le Bohellec – UMP
  • « Mettre en place une plateforme de démocratie participative » liste Vidal
  • « Citoyennes et citoyens, villejuifois de tous horizons, vous serez entendus, associés à nos décisions » liste Gandais – Europe Ecologie Les Verts
  • « Avec la participation des villejuifoises et des villejuifois, afin de redonner tout son sens au groupe, rédiger la déclaration des devoirs de l’homme et du citoyen de Villejuif ». Liste Harel- UDI

Et même plus récemment, dans la tribune du VNV de septembre 2014, signée par monsieur Obadia, maire adjoint liste Union citoyenne, tendance UDI : « après 89 ans de règne sans partage du Parti Communiste sur la ville, il est temps de construire une véritable démocratie participative dans laquelle les habitants de Villejuif vont pouvoir s’exprimer sur tous les sujets qui les concernent ».

Toutes ces belles promesses et ces belles paroles ont tout simplement été annulées, réduites en cendres, foulées au pied par l’adoption par ces mêmes personnes du nouveau règlement intérieur du conseil municipal le 26 septembre 2014.

Lire la suite

Villejuif, collectivité hors-TAFTA !

Photo_taftaA l’initiative des élus Front de Gauche, et faisant suite également à l’interpellation de notre élue, Gaëlle Leydier, formulée dans le Villejuif Notre Ville du mois de Juin, le Conseil Municipal du 11 juillet 2014 a déclaré symboliquement Villejuif « Ville hors-TAFTA ». En conséquence, la ville de Villejuif par la voix de son Conseil municipal demande officiellement l’arrêt des négociations sur le TAFTA, la publication de tous les documents existants relatifs à ces négociations, et l’ouverture d’un débat national avec toutes les forces vives du pays. En attendant, Mr le Maire est invité à contacter les collectivités territoriales ayant adopté des positions similaires.

Succès pour le Front de Gauche et les anti-TAFTA de Villejuif ? Sans doute. Ce succès vient après plusieurs initiatives visant à alerter la population sur les dangers de ce traité, notamment au cours de la campagne électorale des élections européennes, et avec le débat organisé aux Esselières par les Amis de l’Huma, ATTAC, le Mouvement de la Paix et l’ARAC. Cette décision ne peut être que symbolique car ce n’est pas le Conseil municipal de Villejuif qui est décisionnaire sur ce sujet, mais elle constitue un point d’appui pour la lutte qu’il faut continuer, et que nous continuerons, contre ce traité. Première étape de cette lutte, aller signer, faire signer la pétition nationale Toutes et tous hors TAFTA !, du collectif national unitaire stop TAFTA, dont le Parti de Gauche fait part aux côtés de toutes les autres forces du Front de Gauche.

Le voeu intégral voté par le Conseil Municipal est reproduit ci-dessous :

Lire la suite

Lettre au Maire de Villejuif concernant les propos tenus par Catherine Casel au CM du 11 juillet

Le 11 juillet dernier, l’adjointe au Maire en charge des associations, Catherine Casel, a gravement dérapé en assimilant de nombreux militants associatifs et pacifistes à des antisémites ! Plus sur cette incident, sur le blog Villejuif pour Tous : Quand une adjointe au Maire amalgame les militants de la Paix à des antisémites!!!

En réaction à ces propos inacceptables, tenus dans l’enceinte du Conseil Municipal, voici la lettre envoyée par le cercle de Villejuif du PG au maire de Villejuif, lui demandant de récuser ces propos et de faire en sorte que le Conseil Municipal dans son ensemble puisse présenter ses excuses aux associations concernées.

————————————————————————

Parti de Gauche de Villejuif

Djamel Arrouche, responsable du PG Villejuif

pgvillejuif@voila.fr

Villejuif, le 16 juillet 2014,

Objet : propos tenus par Madame Casel, maire adjointe, lors du Conseil Municipal du 11 juillet 2014

Monsieur le Maire,

 

Nous tenions par ce courrier à vous faire savoir notre indignation concernant les propos tenus par Madame Casel lors du Conseil Municipal du 11 juillet dernier.

Votre maire adjointe a accusé des représentants villejuifois d’associations qui œuvrent à la défense de la paix, de comportements antisémites. Ces propos, exprimés lors d’une séance de Conseil Municipal, sont intolérables et ne peuvent rester sans réponse de votre part.

Les différences d’opinion à l’égard d’un conflit malheureusement toujours d‘actualité ne doivent en aucun cas autoriser une élue à de tels débordements de langage.

Pour ces motifs, nous vous demandons très solennellement de récuser ces propos et souhaitons que le Conseil Municipal de Villejuif, dans son ensemble, présente des excuses à ces représentants d’associations.

Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions Monsieur le Maire d’agréer nos salutations républicaines.

 

Parti de Gauche Villejuif

Djamel Arrouche

Vive la dés-union citoyenne !

Introuvable démocratie participative à Villejuif.

« Plus rien ne se fera sans vous !» Quel titre prétentieux pour une réunion publique organisée sous l’égide de la nouvelle municipalité dite « d’Union citoyenne » fraîchement élue en mars dernier. On allait (enfin) voir ce qu’on allait voir. Branle-bas de combat dans la maison Le Bohellec, Gandais, Harel, Vidal. Les quatre cavaliers de l’apocalypse allaient nous dévoiler leur botte secrète pour gouverner cette ville « laissée à l’abandon depuis tant d’années » qu’ils disaient.
Leur arme secrète : la démocratie participative. Sur le papier c’était beau comme les meilleures heures de la campagne présidentielle de Ségolène R. en 2007. Mais comment la majorité sortante et sortie n’y avait-elle pas pensé plus tôt ? Par incurie ? Par mépris pour « le peuple villejuifois » forcément pur et noble ? Où était-ce seulement par manque total de respect pour des procédures élémentaires de vie démocratique locale ? Roulement de tambour donc et place aux professionnels… de l’enfumage !
Rendez-vous à 17h pour attirer un large spectre représentatif de la population. Forcément. Ambiance feutrée voire confinée. Un troisième âge bien représenté (mais pas n’importe lequel comme nous le verrons plus loin), des salariés de la ville partagés entre inquiétude et espoir de connaître enfin la méthode et le projet des nouveaux élus pour Villejuif, et bien entendu des copains (et des coquins) pour faire l’audience et la claque au moment opportun. Pour la spontanéité et l’enthousiasme, on repassera donc.
Au 1er rang retenant leur souffle et anxieux comme deux comiques troupiers qui ont rodé leur spectacle des mois à l’avance en province avant de le jouer devant le tout-Paris, les faux époux Lipietz-Gandais fraîchement exclus d’EELV.
Premier couac : bien qu’annoncée, l’absence très remarquée du 1er magistrat de la ville sans doute prévenu qu’il n’y avait pas grand chose à espérer ni à annoncer au cours de ce (trop) long monologue de plus de 3 h organisé par la composante la plus arrogante et brutale de la nouvelle équipe en place. On peut légitiment s’interroger sur ce signal néanmoins regrettable. La défection de M. Le Bohellec traduirait-elle uniquement son désintérêt pour l’éminente question de la participation concrète de nos concitoyens à la vie locale ou bien s’agit-il déjà d’une entorse à l’union citoyenne tant vantée et déjà galvaudée ?
L’autre motif de déception concerne la méthode. Rien de nouveau sous le soleil villejuifois ! Après avoir annoncé illico que « bien entendu, il ne s’agissait pas de faire semblant de réinventer des pratiques de concertation qui existaient déjà du temps de l’équipe précédente », l’adjointe à la vie démocratique a donné la parole à trois de ses collaborateurs qui ont confirmé que leur mission n’avait pas changé depuis le 30 mars dernier et qu’elle servirait même de modèle à la nouvelle équipe. Ça fait donc très vite Pschitt du côté de la méthode.
Et concernant le fond de l’affaire me direz-vous ? Première confirmation, le PLU sera bien révisé et la concertation débutera même à l’automne. Là encore, aucun scoop, juste de la soupe bio réchauffée au micro-onde histoire d’allier le chou et la chèvre pour pas décevoir les habitués de la maison Gandais-Lipietz qui ont bien compris depuis longtemps que lorsqu’on n’a rien à dire il faut co-mmu-ni-quer !

Lire la suite