Mc-Carthysme de pacotille à Villejuif !

 

Dans la livraison de juin de la gazette municipale Villejuif notre ville, Mr le Maire, Franck Le Bohellec, nous livre une tribune surréaliste. Embrayant sur une phrase convenue, « Les associations de Villejuif font notre richesse », on entre tout de suite dans le vif du sujet: elles font notre richesse, et donc il faut les interdire. Trois associations ont été citées dans l’édito : Villejuif sans TAFTA, France Palestine Solidarité, Les Amis de l’Huma…un oubli dans cette tribune, le Mouvement de la Paix, lui aussi pestiféré. Le Maire aurait-t-il déjà l’interdiction honteuse ?
Pourquoi donc ces associations ont été interdites ? Pas parce qu’elles sont d' »affiliation communiste« , nous dit le Maire. Chacun est prié de le croire sur parole, et ce bien que son adjointe en charge de la vie associative Mme Casel, se soit répandue sur le site 94 Citoyens: « Mon mari a simplement répondu aux Amis de l’Huma qui indiquaient que c’était une association culturelle et non politique, que c’était bien une association à caractère politique car ils sont communistes« . Bon, donc l’association n’est pas interdite parce qu’elle est d’affiliation communiste. Mais elle est politique car ses membres sont communistes. Et elle est interdite parce qu’elle est politique. Kafkaïen !

Qui a décrété que ces associations sont d' »affiliation communiste » ? Mr. le Maire se sent-il à ce point isolé en sa Mairie qu’il voit partout des communistes à débusquer et à combattre ? Mais si s’opposer au TAFTA c’est être communiste, alors Mr. le Maire lui-même, et son Conseil Municipal, qui a voté majoritairement un voeu d’opposition au TAFTA, sont-ils « d’affiliation communiste » ? Prôner la Paix, est-ce être d’affiliation communiste ? Défendre une presse diverse et indépendante des intérêts financiers comme les Amis de l’Huma, est-ce être d’affiliation communiste ? Quand à l’AFPS, qui lutte pour une paix juste entre Palestiniens et Israéliens, faut-il préférer un guerre juste ou une paix injuste à cet objectif de paix juste ? Si c’est une association d’affiliation communiste, il est urgent d’en informer Mr. Lipietz, qui confie « se sentir membre » de cette association !

Derrière ces quatre associations, c’est en réalité un rejet de l’ensemble du mouvement associatif qui transpire des propos du Maire : « Je considère que l’intérêt des Villejuifois n’est en aucun cas lié aux subventions allouées aux associations ou syndicats ». Voilà qui a le mérite de la clarté, et que vont apprécier les associations qui « font notre richesse »…mais à Villejuif, la majorité municipale n’est plus à une contradiction près.

Pour justifier cette affligeante croisade, Franck Le Bohellec nous gratifie d’une pensée magistrale: « Vie de la cité et politique ne doivent plus faire ménage (sic.) ». Au diable le Petit Robert, qui nous indique pourtant que le mot politique vient du grec polis (cité), et désigne précisément… »ce qui est relatif à la Cité, au gouvernement de l’Etat ». A Villejuif, on nous vendait en 2014 « un laboratoire d’alliance entre des écologistes et l’UMP ». Si cet objectif a fait long feu, au moins notre ville sera-t-elle devenue un laboratoire de la réforme de la langue française, visiblement plutôt mal maîtrisée par l’actuelle majorité !

Le Parti de Gauche solidaire des associations bannies

Quand on a accepté une seule discrimination, on les a déjà toutes acceptées. Les associations bannies ont réagi fortement en étant présentes à la fête de la Ville pour porter leurs valeurs. Le Parti de Gauche est solidaire de ces associations, il portera une vigilance particulière au maintien de la liberté d’association, et soutiendra tous les combats contre les pratiques discriminatoires instaurées dans notre ville.

Publicités

Haro sur les associations à Villejuif !

L’arrivée aux responsabilités municipales de l’Union Citoyenne, pilotée par l’UMP, s’est traduite notamment par l’apparition de contraintes fortes à l’encontre d’une partie des associations. Au motif de réaliser des économies de fonctionnement, la nouvelle mairie a développé plusieurs stratégies visant à amoindrir la portée des travaux d’associations œuvrant dans le champ politique, et classées « à gauche ».

Un contexte politique hostile aux associations

Après avoir laissé se développer sur les réseaux sociaux, durant la campagne à l’élection municipale, une propagande irrationnelle sur le coût supposé des associations « politiques » (subventions jugées pharaoniques, mise à disposition d’une logistique de grande ampleur,…) mais aussi sur leur caractère subversif (pollution de l’espace lors des initiatives citoyennes comme le village des associations, marché de Noel, Corrida, journées pour la Paix, …) la nouvelle équipe a tenté de montrer ses muscles dès la première réunion post-électorale du Collectif des Associations, organisé le 7 mai 2014, et animé par Mme Thomas, adjointe en charge de la Démocratie participative.
Ont été ainsi sommées de ne pas participer au marché des associations du 1er juin :
– Association France Palestine Solidarité « par respect pour les autres communautés » ;
– Les amis de l’huma « motif politique » ;
– MRAP « Oui mais…sous réserve que ce ne soit pas communiste » ;
– ATTAC « motif politique » ;
– AMVAB « par respect pour les autres communautés » ;
– …

Choquée, la communauté associative s’est tout de suite mobilisée dans l’unité pour faire connaitre son mécontentement. Face à cette situation, Le Maire s’est très rapidement rétracté, arguant la confusion non sans avoir, avec une élégance toute relative, démenti son adjointe Mme Thomas. Lire la suite

Lettre des élus de gauche au Maire de Villejuif

Logo Villejuif-QMonsieur le Maire,

Le 5 mai dernier, le collectif des associations a été réuni par Mmes Thomas et Lambert Dauvergne sous votre autorité. Si vos adjointes ont apporté des précisions sur le maintien des moyens aux associations à court terme, l’organisation de l’espace associatif du vide grenier du 1er juin prochain sur l’esplanade Pierre Yves Cosnier a été sujette à une vive inquiétude de l’ensemble du mouvement associatif.

Comme eux, nous nous interrogeons sur le sens et la portée des premiers messages que vous avez tenu à adresser avec votre majorité. Lire la suite