Vive la dés-union citoyenne !

Introuvable démocratie participative à Villejuif.

« Plus rien ne se fera sans vous !» Quel titre prétentieux pour une réunion publique organisée sous l’égide de la nouvelle municipalité dite « d’Union citoyenne » fraîchement élue en mars dernier. On allait (enfin) voir ce qu’on allait voir. Branle-bas de combat dans la maison Le Bohellec, Gandais, Harel, Vidal. Les quatre cavaliers de l’apocalypse allaient nous dévoiler leur botte secrète pour gouverner cette ville « laissée à l’abandon depuis tant d’années » qu’ils disaient.
Leur arme secrète : la démocratie participative. Sur le papier c’était beau comme les meilleures heures de la campagne présidentielle de Ségolène R. en 2007. Mais comment la majorité sortante et sortie n’y avait-elle pas pensé plus tôt ? Par incurie ? Par mépris pour « le peuple villejuifois » forcément pur et noble ? Où était-ce seulement par manque total de respect pour des procédures élémentaires de vie démocratique locale ? Roulement de tambour donc et place aux professionnels… de l’enfumage !
Rendez-vous à 17h pour attirer un large spectre représentatif de la population. Forcément. Ambiance feutrée voire confinée. Un troisième âge bien représenté (mais pas n’importe lequel comme nous le verrons plus loin), des salariés de la ville partagés entre inquiétude et espoir de connaître enfin la méthode et le projet des nouveaux élus pour Villejuif, et bien entendu des copains (et des coquins) pour faire l’audience et la claque au moment opportun. Pour la spontanéité et l’enthousiasme, on repassera donc.
Au 1er rang retenant leur souffle et anxieux comme deux comiques troupiers qui ont rodé leur spectacle des mois à l’avance en province avant de le jouer devant le tout-Paris, les faux époux Lipietz-Gandais fraîchement exclus d’EELV.
Premier couac : bien qu’annoncée, l’absence très remarquée du 1er magistrat de la ville sans doute prévenu qu’il n’y avait pas grand chose à espérer ni à annoncer au cours de ce (trop) long monologue de plus de 3 h organisé par la composante la plus arrogante et brutale de la nouvelle équipe en place. On peut légitiment s’interroger sur ce signal néanmoins regrettable. La défection de M. Le Bohellec traduirait-elle uniquement son désintérêt pour l’éminente question de la participation concrète de nos concitoyens à la vie locale ou bien s’agit-il déjà d’une entorse à l’union citoyenne tant vantée et déjà galvaudée ?
L’autre motif de déception concerne la méthode. Rien de nouveau sous le soleil villejuifois ! Après avoir annoncé illico que « bien entendu, il ne s’agissait pas de faire semblant de réinventer des pratiques de concertation qui existaient déjà du temps de l’équipe précédente », l’adjointe à la vie démocratique a donné la parole à trois de ses collaborateurs qui ont confirmé que leur mission n’avait pas changé depuis le 30 mars dernier et qu’elle servirait même de modèle à la nouvelle équipe. Ça fait donc très vite Pschitt du côté de la méthode.
Et concernant le fond de l’affaire me direz-vous ? Première confirmation, le PLU sera bien révisé et la concertation débutera même à l’automne. Là encore, aucun scoop, juste de la soupe bio réchauffée au micro-onde histoire d’allier le chou et la chèvre pour pas décevoir les habitués de la maison Gandais-Lipietz qui ont bien compris depuis longtemps que lorsqu’on n’a rien à dire il faut co-mmu-ni-quer !

Lire la suite

Publicités

Lettre des élus de gauche au Maire de Villejuif

Logo Villejuif-QMonsieur le Maire,

Le 5 mai dernier, le collectif des associations a été réuni par Mmes Thomas et Lambert Dauvergne sous votre autorité. Si vos adjointes ont apporté des précisions sur le maintien des moyens aux associations à court terme, l’organisation de l’espace associatif du vide grenier du 1er juin prochain sur l’esplanade Pierre Yves Cosnier a été sujette à une vive inquiétude de l’ensemble du mouvement associatif.

Comme eux, nous nous interrogeons sur le sens et la portée des premiers messages que vous avez tenu à adresser avec votre majorité. Lire la suite